Espace personnel
Je me connecte

Je me connecte

Mot de passe oublié

Je n'ai pas de compte


Créer un compte
Rechercher

  1.  Une femme enceinte peut-elle utiliser des substituts nicotiniques ?

Depuis 1997, l’utilisation des substituts nicotiniques est autorisée sous contrôle médical chez les femmes enceintes et les femmes qui allaitent. Il est vivement conseillé de demander l’avis de son médecin, de son gynécologue-obstétricien ou d’un tabacologue.

Retour en haut de page

  2.  Le tabagisme a-t-il une influence sur la fécondité ?

Oui, le tabagisme affecte la fécondité. Il double le délai nécessaire à la conception. Dès l’arrêt du tabac, tout redevient normal et il n’est pas rare de voir des femmes commencer une grossesse dans les mois qui suivent l’arrêt du tabac.

Retour en haut de page

  3.  Quand on est enceinte, peut-on s’autoriser quelques cigarettes par jour ?

On entend souvent qu’il vaut mieux qu’une femme s’autorise à fumer quelques cigarettes par jour, plutôt que d’être stressée par l’arrêt du tabac. C’est une erreur. Les quelques cigarettes « autorisées » seront fumées avec plus d’intensité et seront tout aussi nocives que les vingt cigarettes fumées précédemment. L’idéal est bien sûr d’arrêter de fumer avant la grossesse. Si cela n’a pas pu se faire, l’arrêt sera toujours bénéfique à n’importe quel moment de la grossesse, que ce soit pour la future maman comme pour le fœtus. 

Retour en haut de page

  4.  Quelles sont les conséquences du tabac sur la grossesse elle-même ?

Fumer durant la grossesse comporte un certain nombre de risques :

- Les femmes fumeuses ont deux fois plus de risque de faire une grossesse extra-utérine.
- Le risque de faire une fausse couche spontanée est en moyenne triplé. Ce risque dépend de la quantité de cigarettes que l’on fume : ainsi pour une femme fumant plus de trente cigarettes par jour en début de grossesse, ce risque de fausse couche spontanée serait multiplié par cinq.
- Le placenta risque de se fixer trop bas dans l’utérus, ce qui peut provoquer un hématome rétro placentaire et entraîner des saignements lors du troisième trimestre de la grossesse.
- Le risque de rupture des membranes avant trente-quatre semaines d’aménorrhée est multiplié par trois, ce qui en fait la première cause d’accouchement prématuré chez la femme enceinte fumeuse.

L’idéal est bien sûr d’arrêter de fumer avant la grossesse. Si cela n’a pas pu se faire, l’arrêt sera toujours bénéfique à n’importe quel moment de la grossesse, que ce soit pour la future maman comme pour le fœtus.

Retour en haut de page

  5.  Quels sont les effets du tabagisme sur le fœtus ?

Les effets du tabagisme sur le fœtus dépendent des quantités fumées : plus on fume, plus les effets sont importants. Dans l’utérus, le fœtus reçoit de l’oxygène par le sang de sa mère ; quand celle-ci fume, son sang se charge de monoxyde de carbone, gaz particulièrement toxique. De plus, la nicotine a un effet vasoconstricteur sur les artères du placenta et sur l’artère ombilicale, ce qui rend la circulation du sang moins bonne. Tout cela contribue donc à la mauvaise oxygénation du bébé. D’autres substances chimiques contenues dans la fumée sont également néfastes au développement du fœtus. Tous ces effets expliquent le retard de croissance intra-utérin (RCIU) : bébés plus petits en poids, taille, périmètre crânien. Ces effets peuvent être graves lorsque le bébé naît prématurément.

L’idéal est bien sûr d’arrêter de fumer avant la grossesse. Si cela n’a pas pu se faire, l’arrêt sera toujours bénéfique à n’importe quel moment de la grossesse, que ce soit pour la future maman comme pour le fœtus

Retour en haut de page

  6.  Quels sont les traitements aidant le sevrage tabagique autorisés pendant la grossesse ?

Depuis 1997, la prescription de substituts nicotiniques est officiellement admise pour les femmes enceintes qui ne parviennent pas à arrêter de fumer. La nicotine des substituts est en effet préférable à celle qui est inhalée avec les quatre mille substances toxiques de la fumée de cigarette. De plus, elle se diffuse lentement dans le corps, et non pas brutalement sous forme de pics comme cela se produit avec une cigarette.L’utilisation des substituts nicotiniques doit cependant se faire sous contrôle médical pour les femmes enceintes ou qui allaitent.

Les autres médicaments tels que le bupropion LP et la varénicline sont en revanche contre-indiqués chez la femme enceinte.

Retour en haut de page

  7.  Peut-on allaiter son enfant quand on fume ?

Idéalement, il vaut mieux ne pas fumer quand on allaite son bébé, car la nicotine passe dans le lait maternel et sa concentration dépend du nombre de cigarettes fumées. Ainsi, si la femme enceinte n’a pas réussi à arrêter de fumer complètement durant la grossesse, le choix de l’allaitement peut constituer une nouvelle motivation pour le faire. Pourtant, du fait de ses bienfaits, l’allaitement maternel doit toujours être privilégié. En revanche, dans ce cas, il est important d’éviter de fumer dans l’heure qui précède une tétée.

Retour en haut de page

  8.  Quels sont les risques si une femme enceinte est exposée à la fumée des autres ?

L’exposition d’une femme enceinte à la fumée des autres a un effet équivalent à un petit tabagisme maternel : les produits chimiques contenus dans la fumée du tabac passent dans le sang de la mère et dans celui du fœtus. Il est donc important qu’une femme enceinte évite les atmosphères enfumées.

Retour en haut de page