Je surmonte mes craintes

Ne laissez pas vos peurs vous décourager d’arrêter de fumer ! Vous trouverez ici de quoi vous rassurer pour vous lancer sereinement dans une vie sans tabac.

Publié le 4 août 2020 Mis à jour le 25 septembre 2020

On le sait bien, ce sont parfois nos craintes qui nous empêchent d'arrêter de fumer : peur d'être de mauvaise humeur, de grossir, de ne pas y arriver... Vous trouverez ici de quoi écarter vos inquiétudes pour enfin vous lancer dans une vie sans tabac, en toute sérénité.

J'avais tellement peur de ne pas y arriver que je n'avais jamais essayé d'arrêter. Cette fois, pour Mois sans tabac, je me suis lancé. Pas une seule cigarette depuis, je persiste et signe. Courage à tous, on y arrive !!!

André, 79 ans.

Les envies de fumer

Vous avez peur de ne pas réussir à gérer vos envies de fumer ? Rassurez-vous, une envie de cigarette dure rarement plus de 2 à 3 minutes ! Il faut alors s’occuper les mains, l’esprit et la bouche et attendre que ça passe ! Ces envies diminueront au fil des jours, en fréquence et en intensité. Arrêter de fumer, c’est chaque jour un peu plus facile. On se lance ?

J'ai arrêté de fumer il y a 4 jours, c'est peu mais déjà beaucoup !! Je suis déjà super contente de moi. L'envie de fumer est encore présente mais s'efface au bout de quelques minutes. Je résiste (et je le chante ...)

Nadine, 64 ans.

Pour vous aider à résister à une envie, retrouvez tous nos conseils ici.

Le manque

Vous avez peur du manque ? Rassurez-vous, le manque physique de nicotine est tout à fait gérable quand on a les bons traitements. Les patchs nicotiniques et/ou formes orales, limiteront ou élimineront les symptômes de manque.

En savoir plus : pourquoi ressent-on un manque ?

Lorsque vous fumez, les récepteurs de nicotine de votre cerveau reçoivent régulièrement leur dose de nicotine. Lorsque vous arrêtez de fumer, sans traitement d’aide à l’arrêt, votre cerveau ne reçoit plus de nicotine. Et c’est ce manque qui peut provoquer des sensations désagréables comme l’irritabilité, le manque de concentration, la déprime ou l’augmentation de l’appétit…

La prise de poids

Prendre du poids vous inquiète ? Sachez qu’en arrêtant de fumer vous ne grossirez pas forcément. 16 % des fumeurs perdent même du poids lors de leur arrêt. Pour les autres, la prise de poids moyenne est de 4 à 5 kilos, principalement dans les 3 premiers mois de l’arrêt. Restez positif : il sera toujours temps de reperdre du poids dans un deuxième temps. Ne vous imposez pas trop de contraintes en même temps !

En savoir plus : pourquoi peut-on prendre du poids ?

La nicotine contenue dans le tabac brûle des calories, diminue l’appétit et le stockage des graisses dans le corps. Quand vous arrêtez de fumer, ces différents processus s’arrêtent. C’est pour cela qu’une prise de poids est possible, si l’on n’adapte pas son alimentation et son activité physique. 

Pour vous aider à garder la ligne, retrouvez tous nos conseils ici.

J’ai pris quelques kilos c’est vrai mais je reprends le sport, une alimentation saine, tout en me faisant plaisir. Et tant pis pour ces petits kilos qui s’envoleront, chaque chose en son temps !

Caroline 43 ans.

Le stress

Vous craignez d’être stressé ? L’anxiété qui peut survenir les premiers jours de l’arrêt ne dure pas. Elle diminue au fil des jours, et à partir de la quatrième et la sixième semaine d’arrêt, vous vous sentirez même mieux que lorsque vous fumiez. Si le sentiment d’anxiété est trop fort et qu’il vous gêne au quotidien, faites-vous accompagner par un professionnel de santé. Vous pourrez par exemple arrêter de fumer progressivement plutôt que d’un seul coup. Et retenez que contrairement aux idées reçues, fumer augmente le risque de troubles anxieux : c’est donc en arrêtant de fumer que vous retrouverez votre sérénité !

En savoir plus : d’où vient cette anxiété ?

Quand le taux de nicotine dans le sang diminue, le manque provoque les mêmes symptômes que le stress. La cigarette, en comblant ce manque, donne au cerveau l’illusion de la relaxation. En réalité, la cigarette alimente la dépendance, ce qui provoque sur le long terme anxiété, irritabilité et troubles de l’humeur.

Pour réussir à rester zen, retrouvez tous nos conseils ici.

La déprime

Vous redoutez une baisse de moral ? C’est vrai, l’arrêt du tabac peut parfois provoquer un sentiment de déprime. Mais cette sensation désagréable diminue généralement en 10 à 30 jours et disparaît après deux mois. Certaines pratiques comme la méditation ou l’activité physique peuvent vous aider à franchir ce cap. Il arrive plus rarement que cette déprime s’installe et tourne à l’humeur dépressive. Dans ce cas, un traitement complémentaire vous aidera à faire face. C’est un moment difficile à passer, mais cela en vaut la peine. Et sachez que sur le long terme, l’arrêt du tabac améliore l’humeur, la qualité de vie, et diminue le risque dépressif. Selon certaines études, le sevrage aurait même des effets équivalents à un traitement antidépresseur. 

Pour réussir à garder le moral, retrouvez tous nos conseils ici

L’échec

L’idée de rechuter ou de ne pas réussir à arrêter de fumer vous décourage ? Gardez en tête qu’une rechute n’est pas un échec, mais un accident de parcours, une étape vers votre succès. Le processus de sevrage est plus ou moins long, en fonction du degré d’addiction de chacun. Alors profitez de votre rechute pour faire le point et comprendre ce qui n’a pas fonctionné. Cette expérience vous aidera à ne pas craquer la prochaine fois. Ayez confiance, vous allez peu à peu trouver la méthode qui vous convient, vos « trucs à vous ». N’arrêtez pas d’arrêter, courage ! 

J'ai arrêté de fumer en 2005, à ma 10ème tentative. Chaque fois que j'ai échoué, au lieu de me culpabiliser, j'ai cherché à comprendre pourquoi j'avais échoué, afin de ne pas reproduire cette erreur à la tentative suivante. Et ça a payé !!

Henri, 69 ans.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, construisez votre stratégie d’arrêt ici.

Je me fais accompagner