En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies sur votre terminal et l’utilisation de ceux-ci à des fins de mesure d’audience dans le but d’améliorer votre expérience utilisateur.

✓ OK, tout accepter Personnaliser En savoir plus
Question posée le 24 novembre 2019 par lou

Thème : Risques du tabagisme

Votre question

arrêt avant chirurgie

Bonjour, Je voudrais comprendre ce qui dans le tabac est à l'origine des difficultés de cicatrisation. J'ai une chirurgie dans un mois, le chirugien préconise l'arrêt donc je suis passée à la cigarette électronique, très peu dosée en nicotine. Est-ce que c'est sans impact sur la cicatrisation? les médecins n'ont pas été clairs et je suis un peu perdue ( arrêter toute consommation, dans ces semaines particulièrement stressantes me semble un peu périlleux, et le recours à la e-cig me rassure). merci beaucoup de votre aide. Lou

Notre réponse

Bonjour,

C'est une excellente question, et nous sommes là pour y répondre.

Le tabac est une difficulté supplémentaire lors de la chirurgie :

- pendant le temps opératoire :

     . le monoxyde de carbone de la fumée se dépose sur vos globules rouges et vous prive d'une partie de votre oxygène, parfois jusqu'à 10 % pour un très gros tabagisme, et ça ne se voit pas sur les appareils de mesure au bout du doigt. L'anesthésiste croit que tout est ok de ce point de vue...

     . la nicotine d'arrivée rapide occasionne des contractions de vos vaisseaux sanguins et accélère le rythme cardiaque : tout le système est fragilisé.

- après l'opération, en continuant à fumer :

     . vous allez encore manquer d'oxygène, qui participe à la cicatrisation, un peu comme le mortier qui tient les briques d'un mur : moins de mortier, mur plus fragile.

     . les contractions des vaisseaux sanguins réduisent aussi l'arrivée des protéines au niveau des plaies : il manque donc des briques aussi... d’où les problèmes de cicatrisation.

     . et pour finir, les fumeurs luttent moins bien contre les infections car leur immunité est diminuée. D’où le risque d'infection du site opératoire qui entraîne à son tour un retard de cicatrisation encore plus long...

Les recommandations en vue d'une chirurgie sont donc très précises : l'idéal est d'avoir arrêté 6 à 8 semaines avant la date de l'intervention. De cette manière la capacité du corps à cicatriser et à se protéger des infections redevient optimale et on est sorti de la période ou il est fréquent de tousser un peu plus pour nettoyer ses poumons.

Pour vous aider vous pouvez commencer par télécharger le guide pratique j'arrête de fumer, vous y trouverez des tests, des conseils, des petites astuces pour vous accompagner dans votre arrêt.

Les substituts nicotiniques sont des médicaments du sevrage sans aucune contre indication : leur nicotine est douce et non agressive, ils ne contiennent aucun toxique.

C'est un objectif qui peut paraître difficile à atteindre, mais nous sommes là pour vous aider, n'hésitez pas à nous appeler au 39 89. A bientôt ?

Cordialement,
L’équipe Tabac Info service.
39 89 08h-20h *

Du lundi au samedi. *service gratuit + coût de l'appel

Envie d’échanger de vive voix avec un spécialiste ?

Au 39 89, l’équipe de Tabac info service répond à toutes vos questions sur le tabac et vous permet de bénéficier d’un suivi gratuit et personnalisé par un tabacologue. En savoir plus

Le coach

Parce que chaque fumeur est différent, Tabac info Service vous accompagne avec un coaching 100% personnalisé pour vous accompagner tout au long de votre démarche d'arrêt.

Découvrir le coaching
témoignage

Envie de lire les expériences des autres ou de faire partager votre vécu en matière d’arrêt ? Notre rubrique Témoignages est là pour vous.
 
 

Lire les témoignages
Mes fiches pratiques

Lutter contre l’envie, savoir se relaxer… Nos fiches pratiques apportent des réponses simples et synthétiques à vos questions les plus fréquentes.
 

Accéder aux fiches pratiques